Ferrage

Quel adepte êtes-vous ?

Vous êtes adepte du ferrage.

De quelle catégorie d’adeptes faites vous partie ?

Celle qui en vit économiquement – maréchal-ferrant, vétérinaire, vendeur de fer...

Celle qui, propriétaire, ferre son cheval sous les conseils de « professionnels ».

Celle qui a compris que le ferrage pénalise les chevaux mais trouve plus pratique d’avoir un cheval qui passe partout et tant pis pour le cheval.

Celle qui voudrait bien passer aux « pieds nus » mais qui, après une tentative, ne parvient pas à laisser son cheval sabots libres et donc ferre à nouveau.

Celle qui, sous la pression de l’entourage, n’ose pas laisser son cheval sabots libres de peur d’être considérée comme maltraitante.

Celle qui ignore tout des dégâts que provoque le ferrage.

Celle qui croit que le ferrage est une solution thérapeutique.

Celle qui de toute bonne foi est persuadée que le ferrage est un « mal nécessaire ».

Celle qui pense que son cheval est le fruit d’une sélection qui aurait, par on ne sait quel phénomène, modifié les principes de base de la locomotion équine.

Celle qui explique que sans fer le cheval finit sur des moignons.

Celle qui adore le bruit du fer sur la route.

Celle qui n’est ni pour ni contre le ferrage, bien au contraire.

Celle qui clame haut et fort qu’on ferre depuis des siècles et que donc il y a bien une raison.

Celle qui n’arrive pas à changer ses habitudes.

Celle qui est obligée parce qu’elle fait du complet.

Celle qui « c’est pas sa faute », son cheval « souffre » sans fer.

 

stage parage naturel

 

 

Celle qui explique que le fer amortit.

Celle qui est persuadé que « le sable est abrasif ».

Celle qui se persuade qu’elle n’a pas le choix.

Celle qui est amoureuse de son maréchal-ferrant, ce demi-Dieu…

Celle qui ne supporte pas d’être remise en cause après tant d’années de ferrage.

Celle qui avait un grand-père maréchal-ferrant.

Celle qui annonce, péremptoire, que sans fers le cheval risque de "finir sur des moignons".

Celle qui voudrait arrêter de ferrer mais…

Celle qui…

Complétez vous-même la liste tant les prétextes – absolument pas inventés – sont souvent très ridicules, aussi nombreux que dérisoires face aux dégâts que le ferrage impose au cheval.

Nous le savons aujourd’hui, le ferrage n'apporte pas de confort au cheval, il en apporte au cavalier au détriment du cheval à qui on a cloué un morceau de ferraille sur l’ongle, ensemble de poils agglutinés, pour le rendre insensible. Cette disposition ravit le cavalier qui peut se déplacer avec son cheval sur tout type de substrat, à toutes les allures qu’il souhaite et à qui on a fait croire que le fer protège. Le fer ne protège pas, il rend « sourd » le cheval. Mais l’adepte inconditionnel du ferrage est lui-même sourd à tout type d’explication argumentée...

Heureusement pour les chevaux les choses évoluent et, à l'image de compétiteurs de haut niveau, de maréchaux ferrants, de vétérinaires, de propriétaires, de plus en plus d'équitants intégrent que le ferrage nuit au cheval ainsi qu'à la relation que nous entretenons avec lui.

Pierre ENOFF Novembre 2019

 

stage parage naturel

Gîte la Pastorale
Place Florian Enoff
66760 Porta
France

Tel : +33 (0)6 42 50 63 24