Les infos

La NEWSLETTER


Lettre ouverte au conseil de l’ordre des vétérinaires

PRIMUM NON NOCERE – Hippocrate -

Porta le 14 octobre 2017

Objet : Ferrage des chevaux

Pierre ENOFF

à

Mesdames, Messieurs les membres du conseil de l’ordre des vétérinaires 

Premièrement ne pas nuire, c’est l’engagement solennel de ceux qui interviennent en médecine et dont vous êtes les garants déontologiques.

La lecture de ce serment, nous autorise à nous poser légitimement cette question : comment la plupart des médecins vétérinaires équins se permettent-ils de préconiser le ferrage des chevaux alors qu’aucune étude scientifique ne démontre que la pose d’un fer ne nuit pas aux chevaux.

La célèbre maxime populaire devrait pourtant les alerter : le ferrage, un mal nécessaire. Admettons que ce mal est en contradiction totale avec l’engagement de ne pas nuire. De plus, notons l’absence d’étude prouvant qu’il est nécessaire ?

Nous ne vous apprenons pas que le monde médical a obligation de s’assurer du caractère non aggravant de toute intervention invasive comme la pose d’une orthèse. La présence permanente d’un élément rigide faisant fi des structures intervenant dans la locomotion, ne saurait échapper à cette salutaire précaution médicale.

Nous sommes toujours en attente des études démontrant scientifiquement que la pose d’un fer sur un sabot apporte du mieux-être au cheval et, surtout, ne porte pas préjudice à sa santé. En revanche, de nombreuses études, que vous ne pouvez ignorer, montrent le caractère nocif du ferrage des chevaux.

Nous constatons que, concernant la pose de fers, le formatage est tel, la croyance si prégnante, que les chercheurs institutionnels s’exonèrent d’une étude complète et sérieuse sur les effets secondaires catastrophiques du ferrage. Pire, certains d’entre eux, se revendiquant comme référents de la locomotion équine, voient leurs études biaisées par leur commerce de fers pour chevaux. Ce conflit d’intérêt rend leurs études contestables, sans valeur médicale et surtout déshonorantes pour le corps vétérinaire.

Le conseil de l’ordre des vétérinaires ne peut demeurer sourd et aveugle face à cette situation intolérable. Il en va de sa crédibilité.

Ne doutant pas de l’intérêt que vous portez, Mesdames, Messieurs, au bien être animal, au respect de votre serment, nous espérons vivement que notre interpellation saura vous sensibiliser. Nous ne pouvons pas croire en votre silence qui pourrait être interprété comme étant le cautionnement d’une pratique d’un autre âge, ignorante des règles premières de la biomécanique.

Restant à votre disposition pour compléter et argumenter scientifiquement ce discours, recevez, Mesdames, Messieurs, nos salutations les plus distinguées.

Pierre ENOFF

 

Le code de déontologie de la profession de vétérinaire mentionne : "Le vétérinaire ne peut pratiquer sa profession comme un commerce, ni privilégier son propre intérêt par rapport à celui de ses clients, ou des animaux qu'il traite."(Article R.242-33-XVIII).


DU RIFFIFI A LA FFE


La transhumance d'automne des chevaux d'EQUILibre...
Un moment de pure émotion partagée!
Prochaine Transhumance
du 16 au 22 décembre 2017

Nous écrire

Gîte la Pastorale
Place Florian Enoff
66760 Porta
France

Tel : +33 (0)6 42 50 63 24