La longévité biologique du cheval.

Le monde équestre traditionnel est surpris, voire admiratif, quand un cheval dépasse l’âge de 40 ans. Ce qui devrait surprendre, c’est que la plupart des chevaux meurent bien avant leur quarantième anniversaire.

Lorsque je me suis penché sur la problématique de la longévité et de l’espérance de vie des chevaux, j’ai été largement décrié en publiant il y a une vingtaine d’années un article affirmant que leur longévité est théoriquement d'une cinquantaine d’années. Cette annonce pouvait sembler perturbante tant l’espérance de vie est réduite par rapport à la longévité biologique programmée pour les chevaux.

C’est en me penchant sur le système dentaire que j’ai pu confirmer cette longévité des chevaux en introduisant la notion de « cohérence anatomique ».

En effet, la nature est cohérente et c’est le système dentaire qui, sans contestation possible, nous indique quelle est la longévité biologique des équidés.

 

Eruption continue des dents.

Les chevaux sont « équipés » d’une réserve dentaire. Ils ont une dentition dite hypsodonte. Logées dans la gencive et la partie osseuse, les dents ont une longue couronne et une courte racine. Cette particularité permet à la dentition de se renouveler en fonction de son usure.

La réserve dentaire est là pour compenser l’usure des dents. Suivant leur position dans la mâchoire, cette usure est de 1 à 2 mm par an. Chaque dent a une réserve conforme à sa sollicitation au cours de la captation et durant la mastication. Les mesures effectuées fixent la longueur de la réserve de 6 à 8 cm suivant le positionnement des dents. Ce potentiel dentaire est donc en place pour compenser plus de quarante années d’usure   au-delà  de 7 ans,  âge de la mise en fonction complète de l’ensemble de la denture définitive.

machoire-dentition-cheval

Pourquoi prévoir une dentition pour plus de 40 années si c’est pour mourir plus jeune ? Le nombre de battements de cœur potentiels biologiquement mis à disposition du cheval correspond lui aussi à cette longévité programmée – lire article. Nous observons ainsi la cohérence anatomique et pouvons en conséquence affirmer que la longévité biologique du cheval est bien d’une cinquantaine d’années.

Une alimentation inappropriée, constituée par exemple de céréales sèches hautement abrasives, a pour conséquence dommageable d’user prématurément les dents et donc d’avoir recours anormalement à la réserve. Or le cheval est un herbivore strict. Sa denture n’est pas programmée pour des aliments résistant à la mastication, qui usent anormalement, ou encore trop sucrés, qui altèrent la qualité structurelle des dents.

reserve-dentaire

Le cheval, monogastrique, doit impérativement broyer correctement tout ce qu’il ingère, étant donné qu’il ne bénéficie pas, comme chez les bovins, d’une seconde mastication.

Pour rappel, notons aussi que la pose de fers perturbe la chaîne tendineuse jusqu’à la mâchoire, et que l’utilisation du mors « décale » le maxillaire inférieur.

Constatons donc que c’est bien l’irrespect des impératifs biologiques des chevaux qui se révèle incohérente….

 

Pierre ENOFF  Août 2022

crane-light

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

trois × deux =

logo-horizon-noir-blanc

NOUS JOINDRE

+33 4 68 04 59 42
Gîte "La Pastorale"

Place Florian ENOFF
66760 Porta - France

MÉTÉO PORTA
-
  16.6 °C  2 km/h  218 °  1020

Retour haut de page