Sous couvert d’éthologie le monde équestre propose des solutions magiques, quitte à tordre le sens des mots. Dans cette annonce jointe les protagonistes parlent de « l’intérêt de motiver les chevaux avec des récompenses alimentaires ». Pour tout individu l’alimentation devrait-être une évidence ne passant pas par la notion de récompense. Alors que penser de cette notion : si tu fais ce que je te demande de faire, je t’offre à manger… Cela s’appelle de la mise en dépendance alimentaire. Nous sommes de fait bien loin d’une relation sereine comme cela est évoqué dans le texte de l’annonce, bien loin d’une «motivation relationnelle », nous sommes dans du conditionnement relationnel.

En fait, ne confondons pas, le renforcement n’est pas positif pour le cheval placé en attente de récompense, il est positif pour l’humain qui pratique cette méthode par manque de respect, par facilité, par ignorance, par mépris de l’intégrité. Ayant plus de 80 chevaux comme partenaires depuis plus de quarante cinq années, il est facile de comprendre combien il serait impossible de gérer la relation que nous entretenons avec ce groupe équin si nous opérions à coup de récompense alimentaire. C’est donc sans avoir recours à la méthode contestable de la récompense que nous sommes en relation complice. Placer la relation au niveau de la récompense c’est instaurer une relation biaisée. De plus elle est inutile, contre productive, superficielle voire dangereuse. Nous avons eu l’opportunité de voir une artiste évoluant avec son étalon, lequel ne supportant plus d’attendre sa récompense alimentaire, exigeait toujours plus, allant jusqu’à agresser sa partenaire de spectacle. Le cheval soumis à ce type de relation ne voit plus qui nous sommes, il ne voit en nous que la récompense, ce qui peut le rendre très agressif quand nous ne répondons pas à cette attente pavlovienne.

La récompense pourrit véritablement toute relation. Asservir est l’exact contraire du respect de l’autre. La récompense n’a rien à voir avec un quelconque « apports scientifique de l’éthologie » comme le mentionne l’auteur du message. Plus intéressant, plus serein est la reconnaissance. Les chevaux sont sensibles et attentifs.

Ils savent parfaitement apprécier nos intentions, par nos attitudes, par notre expression verbale, par l’odeur que nous dégageons. Ils sentent et détectent notre état d’esprit, notre bienveillance, notre volonté d’échange. Ne les prenons pas pour des niais insensibles qui auraient besoin de récompense pour comprendre le niveau de la relation nous souhaitons avoir.
Eviter de placer son partenaire cheval dans la dépendance alimentaire systématique garantit une relation épanouie. Vu par le cheval l’accès à son alimentation est un droit inaliénable qui s’inscrit dans ses besoins physiologiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 + 19 =

logo-horizon-noir-blanc

NOUS JOINDRE

+33 4 68 04 59 42
Gîte "La Pastorale"

Place Florian ENOFF
66760 Porta - France

MÉTÉO PORTA
-
  5.2 °C  6 km/h  180 °  1022

Retour haut de page